C’est finalement sans surprise, après un véritable simulacre de démocratie destiné à donner le change à une population anesthésiée, que vous avez voté cette loi honteuse et infamante. En faisant cela, vous avez choisi de mettre sous surveillance l’ensemble de la population Française. Pour de simplistes calculs politiques, et par une lâcheté sans nom, vous avez choisi de désigner chaque citoyen comme votre ennemi. Comme celui qu’il faut surveiller et contrôler jusque dans sa liberté de conscience politique, syndicale ou religieuse.

En faisant cela, vous venez de trahir la voix du peuple que votre devoir était de représenter. Vous venez de trahir ce qui fait notre République. Vous venez de trahir la mémoire et l’oeuvre de ceux qui, au fils de notre Histoire récente, se sont levés – et pour beaucoup, ont perdu la vie – pour que notre pays soit celui de la Liberté, de l’Égalité et de la Fraternité…

À compter de ce jour, et bien que mes faiblesses passées eurent pu me donner l’illusion du contraire, je ne vous reconnais plus aucun droit à parler en mon nom ou à représenter mon pays dans quelque instance que ce soit.

Je vous vomis autant que je vous exècre !

 
Illustration principale CC BY-SA 3.0 / Richard Ying et Tangui Morlier

Commentaires

Faire un commentaire